Saint Silvère, pape et martyr

Saint SilvereSilvère était le fils du pape saint Hormisdas (mort en 523), né avant que son père n'entre dans les ordres. Il fut à son tour choisi comme pape en 536 mais eut à subir la persécution d'un antipape suscité par le général byzantin Bélisaire. Exilé en Anatolie puis, après un retour rendu possible par la révision du procès inique qui lui avait été fait, il fut de nouveau déporté sur l'îlot de Palmaria, dans le golfe de Gaète, où il fut nourri « au pain de la tribulation et à l'eau d'angoisse ». Il y mourut quelques jours plus tard, en 537.

Bienheureux François Pacheco et ses compagnons, martyrs

Bienheureux PachecoFrançois Pacheco est né en 1566 à Ponte de Lima au Portugal. Entré dans la Compagnie de Jésus, il a d'abord été envoyé en mission à Macao où il fut ordonné prêtre en 1592, avant de rejoindre le Japon l’année suivante. L’évangélisation de ce pays avait été entamée par saint François-Xavier et de nombreux missionnaires y avaient déjà subi le martyre. Après quelques années de répit les persécutions reprirent. François Pacheco fut condamné au bûcher à Nagasaki le 20 juin 1626 ainsi que ses compagnons : Balthasar de Torres Arias (prêtre espagnol né en 1563), Jean-Baptiste Zola (prêtre italien né en 1575), Pierre Rinsei (religieux japonais né en 1588), Vincent Kaun (religieux coréen né en 1579), ainsi que quatre autres religieux japonais Jean Kisaku, Paul Shinsuke, Michel Tozo et Gaspard Sadamatsu.

Bienheureux Dermot O’Hurley, évêque martyr

Bienheureux Dermot O HurleyIrlandais de naissance Dermot O’Hurley, né en 1530, étudia à Louvain et à Paris. Après avoir obtenu les diplômes de docteur en droit civil, en théologie et en droit canon il enseigna quatre ans à Louvain avant de partir pour Rome. C’est là qu’il sera ordonné prêtre et qu’il fera la connaissance du pape Grégoire XIII. Ce dernier, ayant constaté ses qualités le nommera quelques années plus tard archevêque de Cashel en Irlande. Les catholiques de ce pays subissaient alors une terrible persécution de la part de la reine d’Angleterre Élisabeth 1er Tudor. Sachant parfaitement cela le nouvel archevêque rejoignit son diocèse mais prit soin de garder des vêtements civils et de se faire héberger chez des amis fidèles. C’est ainsi que pendant deux ans, il parvint à administrer les sacrements, à prêcher l’évangile et à organiser son diocèse en échappant aux recherches des anglais.

Mais au mois de septembre 1583, il fut arrêté et emprisonné à Dublin. Après une période d’isolement il fut présenté à un tribunal qui lui demanda d’abjurer sa foi et de se soumettre à l’autorité religieuse de la reine, ce qu’il refusa en démontrant à ses juges la fausseté de leur nouvelle foi. Il fut alors soumis à la torture plusieurs jours de suite. Horrifiés par tant de cruauté, des nobles anglais dénoncèrent ces actes de barbarie. Rien n’y fit. Pour éviter un soulèvement de la population, les agents de la reine conduisirent Dermot O’Hurley, pendant une nuit de juin 1584, en dehors de la ville et le pendirent.

Jeudi 10 Juin 2021
Go to top