Viens, Seigneur Jésus !roi

L’année liturgique s’achève sur la solennité du Christ Roi. Attribut paradoxal que cette couronne royale pour celui qui, comme le faisait remarquer l’abbé Lutz dans son homélie, nous invitait le dimanche précédent à « rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », inspirant ce que les siècles futurs interpréteront comme le fondement de la distinction (avant qu’elle ne devienne séparation…) entre le politique et le religieux. Ce n’est donc pas un hasard si le Christ laisse dans l’évangile à des hommes le soin d’annoncer lui-même cette royauté qui est la sienne, de l’Epiphanie à la Croix : «  Où est le roi des Juifs, qui vient de naître ? » (Mt II 2), « C’est toi qui dis que je suis roi, ma royauté n’est pas de ce monde… » (Jn XVIII 37), « Salut, roi des Juifs ! » (Mc XV 18). La royauté d’abord brocardée dans la parabole des arbres qui veulent se donner un roi (Juges IX 6-15) va devenir, notamment avec les figures de Salomon et de David, symbole de puissance mais aussi de service. Dieu a du finalement se servir de nos mots et de nos références humaines pour exprimer quelque chose de ce qu’il est en lui-même, montrant ainsi – et à combien de reprises ne l’a-t-il pas fait ? – qu’il s’adapte à l’homme comme un père ou une mère utilise les mots de son enfant pour mieux se faire comprendre et le conduire à une connaissance supérieure. Analogiquement l’allusion royale dit la toute-puissance de Dieu. Celle-ci a été remise en cause, nous faisait encore remarquer l’abbé Lutz, par les penseurs juifs ou les théologiens de l’après Shoa, mais les évènements du monde peuvent interroger notre foi, non contredire une des premières affirmations de notre Credo : « Je crois en Dieu le Père tout-puissant ».

Lire la suite...

Nouvelles normes...

Un article du Figaro publié à la suite de l’intervention du Président de la République, rapporte la colère des responsables chrétiens après l’annonce de nouvelles mesures :

« Plutôt bien disposée avant l'intervention du président de la République, mardi soir, l'Église catholique a très vite laissé exploser sa colère après l'intervention d'Emmanuel Macron par un communiqué de la Conférence des évêques où l'Église s'est dit « à la fois déçue et surprise » car, assure-t-elle, « 30 personnes par célébration », signifie que « les catholiques n'ont pas été entendus ».

Dès mardi soir, indique le communiqué, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, président de la conférence des évêques, - assistés du pasteur François Clavairoly, président de la Fédération Protestante de France et du métropolite Orthodoxe Mgr Emmanuel – ont donc immédiatement « interpellé le Président de la République pour demander que soit révisée cette mesure » car « cette mesure irréaliste et inapplicable est tout à fait irrespectueuse de la réalité de la pratique religieuse des catholiques. »

Le document de l'épiscopat s'insurge également du fait que « cette annonce n'est pas du tout conforme aux discussions qui ont eu lieu ces dernières semaines avec les ministres concernés » où l'Église catholique avait proposé «un protocole avec un espace de 4 m2 autour de chaque fidèle et une occupation partielle de l'église au 1/3 de la capacité habituelle ».

Lire la suite...

Bonne nouvelle !

A la suite de la conférence de presse du Président de la République donnée le mardi 24 novembre, le culte public est désormais autorisé à partir du samedi 28 novembre. Une jauge de 30 personnes par cérémonie est cependant imposée. Afin de permettre à chacun d'observer le précepte dominical, les messes seront multipliées le dimanche dans les deux plus grands édifices à notre disposition : les deux messes de 9h et 10h30 à la collégiale et, à une demi-heure de décalage pour permettre aux fidèles en "surnombre" de se déplacer, à Saint-Ferréol : 9h30 et 11h. ATTENTION : ces horaires pourraient encore être revus si de nouvelles conditions étaient annoncées jeudi matin par le Premier Ministre...

 

Novembre, le mois des morts

tombeLa perspective de la fin de l'année, l'automne et ses couleurs, mais aussi les derniers jours de l'année liturgique orientée vers les fins dernières, avant que ne se lève de nouveau l'espérance avec le cycle de l'Avent, font du mois de novembre le mois des morts. Ce que cela aurait de lugubre est tempéré par la belle fête de la Toussaint car la commémoraison des fidèles défunts qui la suit est tout entière baignée de sa lumière. Préoccupation petit à petit évacuée des devoirs familiaux pour les nouvelles générations, le souvenir des morts reste cependant un des signes de la "pietas" comme l'appelaient les Romains : le sentiment affectueux qui fait accomplir les devoirs envers ceux à qui nous sommes redevables. Le confinement auquel nous sommes contraints n'empêche pas la visite aux cimetières, pas plus que la prière dans les églises, c'est l'occasion pour nous de porter particulièrement devant Dieu ceux qui meurent aujourd'hui, souvent privés des funérailles auxquelles ils auraient eu droit en temps ordinaire. La visite dans nos quatre cimetières de Lorgues, Le Thoronet (l'ancien et le nouveau) et de Saint-Antonin-du-Var nous a rappelé aussi le souvenir des très nombreux prêtres, religieux et religieuses dont les tombes ne bénéficient des soins d'aucune famille. Un record : 499 noms rien qu'à Lorgues, sans tenir compte des tombes collectives qui ne portent aucun patronyme ! Plus de 500 religieux pour la plupart décédés depuis le milieu du XXème siècle ! Il me plait de faire revivre parmi eux le souvenir d'une religieuse dont la pierre tombale à l'abandon est une des plus anciennes : Mère Saint-Félix (Rosalie Baume) dont on peut encore lire qu'elle fut supérieure générale de l’Institut de la Présentation, décédée à Lorgues le 26 septembre 1883, dans la 67ème année de son âge, dont 48 passées en religion. L'excellent site animé par Monsieur Alain Marcel sur Lorgues et son patrimoine rappelle l'histoire de cette congrégation spécifiquement lorguaise : créé à Manosque en 1788, cet Institut religieux avait fondé à Lorgues et y devint autonome en 1837. La communauté qui comptait 30 religieuses en 1859 assurait l'éducation des jeunes filles (une centaine à l'époque) dans un pensionnat qui se situait en haut du boulevard actuel de la République. Le programme gouvernemental de laïcisation des écoles décida de leur disparition en 1889. Combien de filles et en conséquence de familles ont-elles profité du dévouement de ces modestes religieuses ? La piété filiale leur devait bien ce petit rappel. La tombe de Mère Saint-Félix a bénéficié, elle, d'une discrète remise en état (photo ci-contre).

 

 

Toussaint fraternelle

musulmansCette fête de la Toussaint 2020 a été célébrée dans un climat tout particulier de grande communion en raison du confinement qui nous séparera physiquement pendant de longues semaines, mais aussi à cause de l'actualité dramatique que chacun connaît. Sous l’œil vigilant et bienveillant de la gendarmerie, les deux messes du dimanche à Lorgues ont été marquées par la présence fraternelle d'une délégation de la communauté musulmane venue manifester sa fraternité avec la communauté catholique qui a vécu néanmoins ces célébrations, dans la sérénité, l'espérance et la joie que distille cette solennité et le lumineux évangile des Béatitudes.

 

Liberté à géométrie variable

caricatureNon, les trois victimes de l’attentat de la basilique Notre-Dame de Nice ne sont pas des martyrs comme on a pu le dire. Un martyr meurt pour sa foi : ces deux femmes et cet homme ont été égorgés le 29 octobre pour défendre le droit pour un journal parisien de répandre des caricatures obscènes souillant ce que des milliers de personnes considèrent comme sacré, pire que cela, on les a massacrés parce que la France a revendiqué le droit d’imposer ces insultes à tous les enfants des écoles de la République.

Il faut dire les choses haut et clair : on ne peut instrumentaliser le climat émotionnel actuel pour revendiquer l’unanimité derrière une posture politique insoutenable. Le 27 octobre, le ministre Jean-Michel Blanquer apostrophait Jean-Luc Mélenchon : « Votre outrance (…) ne vous donne pas un droit au mensonge, à l’insulte ou à la diffamation. » Quelques jours plus tôt, une autre ministre revendiquait explicitement « le droit au blasphème » : Roselyne Bachelot expliquait même qu’il constituait l’ « âme de la France » ! « C’est notre culture », renchérit le ministre Bruno Le Maire. On croit rêver ! Or qu’est-ce que le blasphème sinon une insulte au sacré ? On peut insulter Dieu, on n’insulte pas un ministre du Gouvernement !

Lire la suite...

Dans nos prières

Avis de deces r

 

Nous portons dans nos prières

Madame Marcelle Turchi,

décédée le 23 novembre et

dont les funérailles seront célébrées

vendredi 27 novembre à 15h

en la collégiale de Lorgues.

Deux oliviers a la collégiale

Merci à la personne qui a eu l’initiative de mettre un peu de verdure dans oliviersl'univers très minéral du parvis de notre collégiale de Lorgues. Ce sont les services municipaux qui ont en fait réalisé l'opération en offrant et plaçant le mercredi 14 octobre dans de grands vases de terre cuite ces deux symboles de la paix qui sont les bienvenus pour vous accueillir désormais à la porte de l'église.

 

Appel à votre générosité

Le Denier de l’Eglise, pour le fonctionnement du diocèse

Ce don volontaire que fait – normalement – tout baptisé chaque année sert au fonctionnement du diocèse qui doit gérer sur tout le département un certain nombre d’édifices (églises n’appartenant pas aux communes, presbytères, salles de catéchisme, séminaire, etc), rémunérer plusieurs centaines de permanents laïcs, diacres en vue du sacerdoce et prêtres, assurer la formation des futurs pasteurs de nos communautés paroissiales. Du montant récolté se déduit le « salaire » octroyé mensuellement à vos prêtres, à savoir 450 euros…

Chacun de vous a à cœur de venir en aide à des œuvres diverses ; l’Eglise et le maintien de son service dépend uniquement de ce que vous accepterez de faire pour elle : nulle aide de l’Etat ni du Vatican ne lui parvient, il convient que chacun s’interroge sur sa responsabilité à cet égard.

L’évêque tient à vous remercier, vous qui déjà par un don ponctuel ou un prélèvement régulier assumez cette obligation morale :

« Chers paroissiens,

En ces temps difficiles, je voudrais vous remercier tout particulièrement pour votre soutien spirituel et financier pour vos prêtres et votre Eglise.

Le Denier est une ressource essentielle qui permet à notre diocèse d'assurer la rémunération des prêtres et des salariés chaque mois. Au 30 septembre, la collecte du Denier de l’Eglise est en baisse de 21% dans votre paroisse par rapport à l'année

dernière. Nous sommes invités à tous nous mobiliser. Nous sommes tous concernés, certains peut être plus modestement s'ils sont dans la difficulté, d'autres plus généreusement s'ils le peuvent. Vous recevrez en sortant de l’église les enveloppes du Denier de l’Eglise. Merci beaucoup à tous ceux qui ont déjà donné cette année. Un grand merci à tous pour votre soutien et votre générosité ! »

Aider aussi la paroisse de Lorgues

La pandémie en cours cette année a frappé durement une quantité de professionnels, commerçants, entrepreneurs, particuliers. La paroisse n’échappe pas à ces difficultés : la plupart des baptêmes et mariages prévus en 2020 ont été annulés, nous n’avons pas pu célébrer les fêtes de Pâques, ni même la Saint-Ferréol comme nous l’aurions voulu et beaucoup, par crainte de la contagion, n’ont pas encore repris le chemin de l’église. Ainsi la paroisse accuse un déficit de près de 14 000 euros par rapport à l’année précédente, pour des charges quasi identiques. Beaucoup d’entre vous ont déjà fait un don substantiel au sortir du confinement pour nous venir en aide mais cela ne permet pas d’équilibrer le budget. En conséquence nous sollicitons chacun d’entre vous pour évaluer l’offrande faite à chaque messe dominicale lors de la quête faite désormais à la sortie de l’église. Un don plus important peut aussi être fait manuellement à l’ordre de la « paroisse de Lorgues », qui donne droit à un reçu fiscal pour déduction des impôts : il faut pour cela laisser ses coordonnées postales et spécifier par écrit votre désir de recevoir ce reçu.

Je tiens à remercier vivement tous ceux qui nous ont déjà apporté leur aide et tous ceux qui les rejoindront.

 

Rentrée des catéchismes

ktAvec joie, nous accueillons de nouveau les enfants qui, comme chaque année, entreprennent ou poursuivent leur découverte de Jésus et de son message et se préparent à recevoir les sacrements qui achèveront leur initiation chrétienne. Le catéchisme a repris le mercredi 7 octobre à Lorgues et le vendredi 9 octobre au Thoronet. Il concerne tous les enfants à partir du CE2, cependant des enfants qui n’auraient pas suivi les premières années seront toujours reçus avec joie dans le groupe qui leur correspond. Les rencontres ont lieu le mercredi matin au presbytère de Lorgues : CE2, CM1 et CM2 de 9h à 10h30, 6ème et 5ème de midi à 13h30 (prévoir son pique-nique). Au Thoronet, c’est après la classe, le vendredi que tous les groupes se retrouveront à l’église à partir de 17h et jusqu'à 18h15. Naturellement, les consignes sanitaires requises dans les écoles seront naturellement appliquée au catéchisme. Renseignements et inscriptions à la cure : 04 94 73 70 53. Les mamans qui pourraient accompagner les catéchistes et offrir une présence auprès des enfants seront les bienvenues !

 

Urgence

Benoit XVIbis

« Comme [saint Augustin] nous pouvons affirmer : « Silere non possum ! Je ne peux pas me taire ! » Il est urgent, nécessaire, que tous évêques, prêtres et laïcs, retrouvent un regard de foi sur l’Eglise. »

 

Benoît XVI

(dans un livre issu d’entretiens avec le cardinal Sarah, paru le 15 janvier 2020 : Des profondeurs de nos cœurs)

 

Se mettre à l’école des saints

saint

Il est bien de fêter les saints et de prier pour que leur exemple nous stimule mais si nous ne les connaissons pas, cela reste bien factice. Le site de la paroisse vous permet de vous y aider. Sur la gauche de la page d’accueil une ligne « recevoir les saints du jour » vous invite à inscrire votre adresse mail puis à cliquer sur « s’inscrire » et vous recevrez chaque matin quelques lignes présentant les principaux saints fêtés le jour même, elles vous feront découvrir des visages insoupçonnés de la sainteté, elles vous conduiront peut-être à vouloir en approfondir quelques uns. N’hésitez pas, vous ne risquez rien sinon de finir par leur ressembler. Une touche « se désinscrire » permet tout aussi facilement de faire un autre choix…

 

Contact

Formulaire de Contact

Envoyer un e-mail. Tous les champs marqués d'un astérisque * sont obligatoires.
Mercredi  25 Novembre

Pour recevoir chaque matin quelques lignes présentant les principaux saints fêtés le jour même il suffit de s'inscrire avec son adresse de messagerie.

Désinscription à tout moment

Offices dominicaux
Samedi à 18h (messe anticipée) au Thoronet
Dimanche  à  9h  et à 10h30 à la collégiale de Lorgues
 

CATECHISME1 R

Secours catholique r

Le Denier de l’Église

il faut y penser !